Le Blogzine de LaDistroy

L'actu de LaDistroy (newsletter, articles...)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Interview des Molly McHarrel

, 14:47

 

https://pix.ladistroy.fr/upload/original/1599747191.jpg

Interview réalisée par mail avec Antoine l'ancien au clavier pour les réponses, validées par l'ensemble du combo toulousain.
 

Les Molly McHarrel se sont formés en 2008, mais depuis le line-up a pas mal changé, tu peux faire un rapide historique des diverses formations (y compris de l'actuelle) ?

L’idée initiale vient de Claire et Antoine (dAHUgAROU). Ayant une grosse influence Dropkick Murphys, Flogging Molly, ils voulaient eux aussi faire de la musique aux consonnances celtiques. Ils ont donc débauché Vince à la basse (Moshpuppies). Après quelques copains batteurs de passage pour dépanner, David (Bigoodies) rejoint le groupe en 2010. Le premier album « (c’est) Mort pour la gloire » sort en 2013.
S’en suivent quelques concerts (en gros la moyenne, c’est 10 par an, parce que bon hein quand même, on a une vie à côté).
En 2017, Vince vole vers de nouveaux horizons avec Madame la Marquise et laisse la place au jeune Antoine (Flûte), en septembre 2017, qui enquille le set rapidement (peut-être bien que le set n’est pas très difficile aussi). Cette arrivée fait tendre les nouvelles compositions vers un style plus « Sheriff », influence commune des deux Antoine.
David quitte le navire en novembre 2018, après la mini tournée « Il était une fois dans le Sud-Ouest » avec Flûte et Input’es. Tournée au cours de laquelle Tristan (Input’es) et Molly se trouvent des atomes crochus. Ils finissent par se dire oui en janvier 2018. Et ce qui devait arriver arriva… 12 mois plus tard, bim, un petit album sort des tuyaux. Intitulé « En chemise déchirée », il est tout beau, tout frais et complètement disponible en CD, vinyle et bientôt au format numérique


Et d'ailleurs "Molly McHarrel", ça vient d'où ce nom ?

Molly McHarrel est un… jeu de mot franco anglophone ! On voulait pas d’un nom commençant par « Les… ». On a donc opté pour un vrai nom.
Molly fait référence à Molly Malone, la "poissonnière" irlandaise, et McHarrel, c’est le juron des Pyrénées « Macarel » revisité à la sauce écossaise. Comme ça, on fait d’une paire deux couilles sous le kilt.

 

Douze ans d'existence et seulement deux albums... dites donc vous êtes pas super productifs. Cela dit, avec un album sorti en 2013 et un autre en 2020, ça reste assez régulier. Le groupe ne semble pourtant pas en manque d'inspiration, alors pourquoi aussi peu d'albums ?

Cf question 1 ! C’est pas si simple de concilier couple, famille, travail, changement de line-up et gros poil dans la main. Alors on va à notre rythme, comme Francis Cabrel !

 

En parlant d'inspiration, comment ça se fabrique une chanson de Molly McHarrel ?

Sûrement comme dans tous les groupes. Ça dépend !!
Parfois ça part d’une idée de refrain, parfois d’un texte entier, et d’autres fois d’un riff sympa trouvé par inadvertance. Mais en règle générale, chacun apporte sa petite touche et le morceau final ne ressemble plus forcément au morceau initial.

On va prendre des exemples. Sur "En chemise déchirée", il y a des vieux morceaux, qu'on avait composé à l'époque de Vince (premier bassiste, NDLR).
"Aucun répit" est parti d'un riff trouvé en répète sur lequel on a mis des paroles.
Alors que pour "Viens", Vince est arrivé avec un couplet qu'on a mis en musique.
"Oh Oh" est arrivée en répète presque prête à chanter. On a fait quelques ajustement à 4. Même si j'ai du insiter, parce qu'elle emballait pas grand monde au début celle-là...
Le jeune Antoine nous a amené sur un plateau "Dans ton bureau".
Donc on a tous les cas de figures.
Pour résumer, Paroles et Musique : Molly McHarrel !!

 


Le dernier album "En chemise déchirée", ainsi que la couverture (superbe) de l'album, fait référence à la fameuse sortie, houleuse, d'un poignée de cadres d'Air France dont le siège avait été envahi par des salariés en colère. Le DRH avait fini à moitié à poil, "en chemise déchirée", donc. Cet évènement sert aussi de toile de fond au titre "Aucun répit".  Pourquoi avoir choisi cet évènement en particulier pour ancrer votre album ?


On a pris un peu d’âge, alors on cause de sujets un peu plus profonds que lors du premier album. Etant basé à Toulouse, l’aéro nous parle forcément, et la lutte des classes tout autant.
On trouvait intéressant de représenter les moutons se rebellant et chassant le loup hors de l’enclos. Et Roxane a fait un superbe boulot d’illustration (jusqu’au petit détail sur la cravate du bouc).


Vous faisiez partie du collectif "To Loose Punkers", ça existe toujours ?

Disons que c’est en sommeil. On a tous des enfants et une vie bien remplie. D’autant plus qu’organiser des concerts punk à Toulouse est maintenant très compliqué. Manque de lieu, recrudescence de plaintes de voisinage très peu porté sur la musique amplifiée et un maire qui ne répond que par des descente de police, des amendes et autres fermetures administratives. Ça repartira sûrement quand nos gosses seront autonomes, au lycée ou auront quitté la maison !

 

Le dernier titre, "Allez viens", est bien pratique pour permettre à ceux qui vous découvrent de mieux vous cerner : vous êtes proches des Brigitte Bop, Diego Pallavas, Charly Fiasco, de l'Autan et de Kartier Libre. Y'a t'il d'autres groupes dont vous vous sentez proches, avec qui vous aimez bien jouer ? Et au passage, tu peux nous dire deux mots (voire trois) de l'ass Kartier Libre ?

On fait des petits clins d’œil dans les chansons (Medef, Guérilla Poubelle). On se sent proche de la scène toulousaine, forcément, tellement elle est… concentrée. On peut donc citer ou reciter Flûte, Inpu’tes, Robert, Chauve (qui compte dans son effectif Yves, qui nous a concocté un son parfait !),Madame la Marquise, Tricycle. et les groupes Kartier Libre : Les Affektés, Mauvaise Fréquence, Punk Haine Roll. On ne peut pas tous les citer forcément.
 

Un grand merci à Antoine, et au groupe, pour la promptitude à répondre. Retrouvez toutes les infos sur l'album "En chemise déchirée" sur la page du label.

Et puisqu'il est question de Kartier Libre, un petit mot sur l'association toulousaine qui a fété il ya peu ses douze années d'existence. Petit mot que l'on va laisser à Adrien :

KARTIER LIBRE est une association Toulousaine crée officiellement en Janvier 2008, composée d’une quinzaine de potes dont certains des membres forment les groupes locaux : LES AFFEKTÉS   et   PUNK HAINE ROLL  
Kartier Libre a pour but d’organiser des concerts principalement Punk, Rock, HxC dans Toulouse et sa région. Elle fait son maximum pour rendre ses évènements accessibles au plus grand nombre, c’est pourquoi ses concerts sont le plus souvent à prix libre.
Bien que KARTIER LIBRE ne soit  pas une association à vocation politique, elle souhaite se positionner sur certains points importants. Elle ne tolère, ne cautionne et n’accepte aucune xénophobie ou discrimination, de n’importe quelle forme qu’elle soit.  
Après bientôt 13 années d’existence, près de 150 concerts à son actif, trois éditions de son propre festival -le Kaos Rock Fest-, 5 éditions du festival antifasciste, et plus de cent groupes venus des quatre coins de l’hexagone et d'ailleurs pour partager leur musique, KARTIER LIBRE est toujours autant déterminée à faire déferler sa vague Punk Rock sur la ville rose !

https://pix.ladistroy.fr/upload/original/1599746775.jpg

 

 

LaDistroy Rcds proudly presents... Molly Mcharrel, "En chemise déchirée"

, 17:22

Molly McHarrel - En chemise déchirée

Sept ans après (c'est) mort pour la gloire, les punk rockers toulousain reviennent avec En chemise déchirée, un album 11 titres qui, cette fois, est édité en CD et en vinyle (hourra!). Et c'est heureux car l'artwork de Roxane déchire. Le dessin représente des brebis chassant le loup hors de l'enclos, dans une situation rappelant celle des salariés d'Air France en colère coursant leur DRH. Le titre "Aucun répit" s'inspire de l'évènement : "Maintenant t'as plus trop le choix, à part capituler /Pour être franc tu ne fais plus le poids en chemise déchirée".
Les ingrédients de base sont les mêmes, à savoir un bon mélange d'humour, de second degré, d'énervement, et de textes personnels, sur fond de punk rock (guitare, basse, batterie) mâtiné de celtic et de folk (biniou, flûte traversière, harmonica), mais la progression est flagrante. Le groupe gagne en intensité musicale, à la fois plus puissant et incisif dans la production, mais aussi plus agressif dans les intonations. Si certains parlent d'albums de la maturité, En chemise déchirée s'impose plutôt comme un album de la contre-maturité.

[Lire la suite..]